« ÉTUDIANTS, TOUS À CHAUMONT » – ÉDITION 2014

Affiche pour le Concours « Étudiants, tous à Chaumont » – édition 2014.
Sélectionné parmi les 40 affiches finales.

Les affiches que nous pouvons croiser dans la rue communiquent bien souvent
sur de la publicité, des événements culturels ou encore sur des événements
politiques ou sociaux. Ici, ma réflexion est d’un autre genre. J’ai voulu ici provoquer
une émotion chez celui qui sera spectateur. Une émotion perdue ou totalement
nouvelle. J’ai travaillé la couleur à la manière des expressionnistes abstraits :
fauve, agressive, prenante, abstraite. Le support paraît presque numérique à en
regarder de plus prêt. Le jeu optique à la manière de l’Op Art rend le support infini
et animé, où les couleurs se côtoient, se mélangent, se complètent et enfin
se perdent pour ne former au final, qu’une combinaison abstraite de couleurs
irisées. La couleur est si mouvante et emplie de mouvement, que l’on en oublie les
frontières fermées du rectangle, que constitue la matière du support.
C’est le poème « Amours » d’Henri Michaux
qui m’a inspirée dans la création de cette affiche :
[…] « Moi, j’ai toujours mon regard fixe et fou;
Cherchant je ne sais quoi de personnel,
Je ne sais quoi à m’adjoindre dans cette infinie matière invisible et compacte,
Qui fait l’intervalle entre les corps de la matière appelée telle » […]
Ainsi, mon affiche est,
« une infini matière invisible et compacte, où chacun y laisse un regard fou
et personnel. Elle fait l’intervalle entre les corps de la matière ».
Ma démarche graphique a été de promouvoir un nouveau type d’affichage à
caractère émotionnel et presque psychanalyste, où chacun peux y laisser son
ressenti. Mon affiche ne promeut rien d’autre que ce que l’on ressent en la voyant.
Pas d’informations, pas d’agression textuelle, seulement un ressenti personnel.
Dans une ère de sur-communication, d’hyperinformation et où l’information de
masse influence notre ressenti sur le monde, j’ai voulu, à la manière d’un affichage
« neutre », laisser à la liberté de l’imaginaire de chaque individu, de juger ce qu’il
voit, mais surtout, ce qu’il voudra voir sur mon affiche.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *